Introduction à la neuromédecine

intro-medecine-Stimulation

La Neuromédecine se veut une nouvelle voie pour la médecine générale, car elle dépasse la vision organique prédominante en échec notamment dans les pathologies chroniques, en explorant la voie neurophysiologique.
Cette pratique fait entrer la médecine dans l’ère des neurosciences.

Elle utilise l’effet de stimulations cutanées pour traiter nombre de pathologies aiguës et surtout chroniques.
Elle est particulièrement efficace sur les douleurs.

À la fois curative et préventive, elle agit efficacement sur de nombreuses maladies ou leurs conséquences.
Elle peut aussi accompagner efficacement les traitements des pathologies à la gravité avérée qui nécessitent une prise en charge spécialisée.  

La Neuromédecine est une méthode thérapeutique non allopathique qui provoque une réponse neurovégétative dans le sens de la guérison, tant sur le plan local que général.
Son action se fait sur l’organisme par une rééducation neurologique puissante.

En de nombreuses années de pratique, le Dr Jean-François Huber a traité, le plus souvent avec succès, beaucoup de patients chroniques qu’aucune autre technique n’avait pu soulager.

La Neuromédecine s'inscrit dans la modernité future des médecines neurofonctionnelles aux pratiques si multiples et qui souvent s'ignorent. Elles agissent toutes sur l’organisme en tonifiant sa capacité d’adaptation. Parmi les plus connues, citons l'acupuncture, le thermalisme et la thalassothérapie, l'ostéopathie, les manipulations vertébrales, les massages réflexes.

Les médecines neurofonctionnelles sollicitent le système nerveux. Par leur action neurologique, elles rééquilibrent dans le temps et tonifient des fonctions neurologiques défaillantes responsables des troubles du patient.
En cela, on peut parler de rééducation neurofonctionnelle. Elle se différencie de la rééducation fonctionnelle qui agit sur un organe ou une fonction spécifique.

Leur compréhension nécessite de dissocier le psychisme et l'action de notre système nerveux dont le rôle si méconnu est pourtant essentiel. Cette confusion rend ces médecines mystérieuses et entretient une certaine réticence à leur égard malgré leurs succès thérapeutiques.

Leurs techniques nombreuses et diverses s'opposent à la simplicité conceptuelle des médecines de substitution : l'allopathie et la chirurgie. Ces dernières, basées sur une vision organique spécifique des pathologies, agissent par actions médicamenteuses et/ou chirurgicales.

En conscience, la Neuromédecine tente de faire sortir la médecine du tout lésionnel pour proposer une vision neurofonctionnelle dans laquelle le système nerveux trouve sa vraie place d'acteur de vie entre le corps et le psychisme.